toupour le zooh

Comparution immédiate

 

 

 

On a vu récemment comment, à coups de grossièretés et de mensonges, un candidat étranger – je veux dire étranger à toutes sortes de convenance, de savoir-vivre et d’honnêteté – fut élu aux Etats Unis d’Amériques – donc par des Etatsuniens, et non pas des Américains ( pourquoi jeter l’opprobe à la population de tout un continent ?)

 

Il va de soi, la mode passant d’un côté à l’autre de l’Atlantique comme un colique, que nos futurs candidats, prenant exemple sur ce qui se fait de mieux au delà de l’Océan prennent exemple sur monsieur Trump.

 

Je distinguerai ici deux problèmes majeurs dans nos fragiles démocraties qui expliquent les votes populâtres qui nous menacent.

Le premier défauts de nos gouvernants, depuis le début des âges, est de ne pas tenir leurs promesses, aujourd’hui électorales, hier tenant des serments religieux ou féodaux. On peut leur en tenir grief. Mais ce ne sont pas des fautes morales avérées, tant les circonstances peuvent influer sur les volontés les plus sincères : on en est tous là.

Défaut véniel au regard de l’éthique.

Que celui qui n’a jamais fauté leur jette la première pierre.

 

Il en va autrement des mensonges qui sont des actes volontaires réalisés dans le but de tromper et dont l’objet est, en ce qui concerne les élections dans un monde démocratique, d’utiliser la liberté offerte – celle d’opinion, de presse, d’affichage, de communication en un mot – contre la démocratie.

 

Il s’agit donc bien d’un crime, organisé par des malfaiteurs, et, lorsqu’il s’agit d’un parti politique, de crime en bande organisée.

Cette criminalité – contre l’éthique, ; contre la démocratie ; contre le vote populaire – doit être punie.

Les exemples en sont nombreux actuellement dont certains fleurissent sur internet, d’autres n’hésitant pas à s’afficher dans les rues.

On en connaît les auteurs, on en sait les responsables. On doit dénoncer ceux qui veulent profiter du crime.

 

Je propose qu’une loi soit présentée rapidement au Parlement, qui prévoira pour ces crimes une convocation en comparution immédiate et un jugement dans la quinzaine qui suit, avec, en cas de condamnation et suivant la gravité du crime, des amendes et jusqu’à l’impossibilité, pour les responsables, de se présenter à un quelconque mandat pendant une durée déterminée par les juges.

 

La comparution immédiate est prévue pour de petits délits. Celui-ci, plus grave, nécessite des mesures de justice d'autant plus rapides.

 

Un conseil : sur Arte, pendant le 28 mn, la séquence des erreurs (je suis gentil) et des mensongess des personnalités politiques est incontournable ; et le site de Thomas Guenolé ://thomas-guenole.fr



15/11/2016
0 Poster un commentaire